Pourquoi je grossis et je ne perds pas de poids ?

Dernièrement sur Instagram, je vous parlais de ma reprise de poids due à mon mode de vie itinérant sur 15 départements mais aussi due à un mal que je n’évoque jamais par fierté.

(Si toi aussi, tu prends 2kg à chaque fois que tu passes devant une boulangerie ou sans raison particulière, je t’invite à poursuivre la lecture de ce post parce que tu es peut être concernée sans le savoir).

Je vous ai confié que je suis porteuse du syndrome de Stein Leventhal appelé plus communément le syndrome des ovaires micropolykystiques (SOPK). Face à cette révélation, j’ai reçu énormément de message de personnes vivants avec le même problème ou ayant des questions car personne n’en parle ouvertement et vous allez comprendre pourquoi.

Ce dérèglement hormonal m’a été décelé il y a maintenant 3 ans. Je vous parle de syndrome car ce mal n’est pas reconnu comme une maladie, pourtant les conséquences sont multiples, à vie et pas des plus agréables.

img_0873

Je suis atteinte du syndrome depuis mes 13 ans, depuis mes 1ères règles. Toutefois, ma gynécologue n’a apparemment pas jugé bon de m’en parler et surtout de m’apporter une solution adaptée (après échanges avec d’autres ‘malades’, j’opte pour de l’ignorance collective). Entre ses mains, je suis passée par 4 pilules différentes sans jamais trouver le traitement qui me correspond. Ayant tiré le gros lot, pendant 10 ans j’ai vécu entre les prises de poids, les sauts d’humeur, les émotions instables, la perte de libido, les mycoses à répétition … et j’en passe !

Lors de ma séparation, j’ai arrêté tout moyen de contraception n’en voyant plus l’utilité. A partir de ce moment, tout s’est inversé perte de poids, humeur au beau fixe, libido décuplée / acné à foison, maux de tête, absence de règles, maux de ventre insupportables, perte de cheveux et cerise sur le gâteau de l’hirsutisme plus particulièrement autour des aréoles et sur le visage.

Pour résumer la chose, j’étais devenue Julie Wurst… une femme à barbe. Féminité, estime de soi et confiance en soi -8000…

Après de nombreuses recherches, j’ai pris rendez-vous chez un médecin spécialiste des hormones : un endocrinologue.

La procédure a pris plusieurs mois vu la batterie d’examen qu’elle m’avait prescrit. Le verdict tombe je suis porteuse du SOPK à un niveau sévère. Comme tout mal, vous avez plusieurs degrés de gravité, la liste non exhaustive des désagréments que je vais évoquer me concerne personnellement et varient d’une personne à une autre.

• Je suis insulino-résistante ce qui engendre des prises de poids excessives et rapides par rapport à une personne saine. Je dois également fournir 2 fois plus d’effort pour m’alléger de mes kg superflus. Pour compenser ce problème, il faut avoir une alimentation très saine et faire du sport régulièrement. Prochainement, je vous parlerai du régime à Indice Glycémique Bas qui est l’alimentation à adopter dans notre cas.

• Je fais de la tachycardie lorsque je consomme trop d’aliment sucré. C’est une des conséquences de mon insulino-résistance. Il me suffit juste de faire attention à mon alimentation et les jours de cheatmeal, c’est la fête dans mon estomac et dans mon coeur !

• Je suis totalement aménorrhée, la bonne nouvelle c’est que je fais des économies de tampons et de serviettes hygiéniques ! Le moins bon côté c’est que je vais avoir des difficultés à tomber enceinte si je le peux… Le scénario catastrophe d’infertilité je ne l’ai jamais envisagé et l’adoption restera une solution.

• Je suis hypersensible, hyper-émotive ! Je le vis vraiment comme une chance, je me sens plus humaine que quiconque même si des fois mon mascara en fait les frais.

• Je suis lunatique, j’ai des sauts d’humeur. Je le gère du mieux que je peux… la plupart du temps, je me renferme sur moi même le temps que la ‘crise’ passe. J’estime que je n’ai pas à faire subir cette passade négative à quiconque. Néanmoins pour ceux qui ne comprennent pas et qui insistent pendant ce laps de temps, j’en deviens désagréable je le reconnais.

• J’ai de l’acné que je guéris du mieux que je peux avec mes produits cosmétiques et avec une alimentation saine.

• J’ai le contour des yeux et notamment les paupières plus foncées que ma couleur de peau. C’est tout simplement le reflet d’un organe en ‘mauvaise’ santé. Pour être plus précise mon foie est saturé à cause de mon insulino-résistance.

• Je suis sujette au diabète. En plus du SOPK qui le favorise, j’ai des antécédents familiaux.

• J’ai une hyperpilosité qui est régulée par mon traitement hormonal et par des séances de laser (maillot / aisselles / demi-jambes) chez le dermatologue. Je ne bénéficie d’aucunes prises en charge. Pour celles qui veulent essayer une méthode naturelle, la prise de Houblon est conseillée. Néanmoins sur moi, ce fut inefficace.

• Je fais énormément de rétention d’eau et par conséquent de la cellulite rétentionnelle (aqueuse). Je limite le problème en buvant beaucoup, en ayant une alimentation équilibrée et en faisant quelques cures drainantes.

• J’ai des maux de tête et des maux de ventre épouvantables qui sont régulés par mon traitement hormonal et par des massages que je me fais moi même au niveau du cuir chevelu et du bas ventre.

• J’ai une baisse de libido à cause du traitement que je prends. Je ne souhaite pas vous donner le nom des 2 molécules que je prends car c’est à votre endocrinologue de vous prescrire des hormones qui vous correspondent.

• Je perds énormément mes cheveux et ils regraissent vite. J’utilise des shampooings dermatologiques et mon traitement régule le reste.

• J’ai des mycoses vaginales à répétition qui m’empêchent de m’habiller et de marcher. Je prends soin de me laver avec un savon intime et encore une fois, les hormones me suppriment totalement ce problème.

• Je risque d’avoir un cancer en prenant des hormones et je risque d’avoir un cancer du sein si je n’en prends pas. J’ai dû choisir entre prendre mon traitement et avoir un risque de cancer ou ne pas le prendre, avoir un cancer et supporter tous les désagréments que je cite toute ma vie… les choix sont personnels, vous êtes les seules à les faire.Processed with VSCO with a6 preset

Je tenais à vous faire un post pour faire connaître ce mal qui touche 6% à 10% des femmes mais aussi pour vous montrer que vous n’êtes pas seules. C’est à mes yeux une maladie qui devrait être reconnue par le milieu de la santé et être prise au sérieux par les gynécologues. A mon stade, j’ai tenté plusieurs alternatives aucune n’a fonctionné donc je suis contrainte de prendre des hormones.

(Si tu as des doutes ou si tu veux éclaircir certains points, je te conseille vivement de prendre rendez-vous avec un endocrinologue qui, après examen te fera un état des lieux complets sur ta situation).

Là où certaines me parlent d’injustice, je nous vois plutôt comme des battantes, des femmes fortes et méritantes.

A vous de voir quelle dimension vous voulez donner à votre vie.

With Love, Julie ♡

Comments

  1. Du courage à toi. Ça ne doit vraiment pas être facile pour toi. Par contre, tu devrais expliquer directement les termes médicaux parce que c’est un peu embêtant d’aller tout le temps sur Google pour les comprendre. Je t’embrasse et merci de parler de ton expérience.

    • Merci beaucoup c’est adorable ! C’est vrai que je n’ai pas pensé à les expliquer, désolée… Passe une belle journée 🙂

  2. Bonjour,
    Je viens de lire ton poste, j’ai 20 ans et on m’a décelé il y a un an de cela le même syndrome que toi. Je n’ai pas voulu prendre d’hormones je suis allée chez un omeopathe. La bataille a été longue pendant 1 an mais désormais je peux dire que je vais mieux. Je perds du poids ( très doucement ) mais surtout je me sens enfin Bien je retrouve la fille joyeuse que j’ai ete avant que la maladie et ses conséquences handicapantes ne se déclarent. Donc si tu as l’occasion de changer de traitement vas y.

    • Hello ! Merci pour ton témoignage, c’est toujours enrichissant. Me concernant, j’ai déjà testé l’homéopathie et diverses techniques pour régler le problème, se fut un échec parce que j’ai un stade très élevé avec beaucoup de symptômes trop handicapant et qui me font terriblement souffrir…

  3. Bonsoir Julie,

    Je me permets de te laisser un message suite à ta publication. Tout d’abord bravo pour ton courage et ton partage vis à vis de cette maladie…comme je sais que tu t’intéresse à la médecine alternative as tu déjà essayé d’aller voir un microkinesitherapeute? Cette profession est peu connu mais a cependant d’excellents résultats…renseigne toi je suis certaine que ça pourrait t’aider car très souvent « les maux du corps sont les mots de l’âme ».

    Je t’envoie de la force sur ton cheminement…

    • Hello Pauline,

      Je te remercie pour ton message. Je ne connaissais pas du tout et récemment quelqu’un m’en a parlé également. Je pense que je vais essayer de trouver un praticien pour voir s’il peut m’aider au moins sur quelques points.
      Merci encore !

  4. Bonsoir Julie ,
    Moi c’est Julie aussi , je te suis depuis plus d’un an sur ton instagram mais je n’étais pas encore aller sur ton blog … Je lisais avec attention tes articles quand je suis tomber sur celui là.
    Déjà bravo pour ton témoignage c’est difficile de parler d’un maladie que beaucoup ne connaissent pas où ne comprennent pas .
    Je n’ai pas la même pathologie que toi mais c’est un problème hormonal aussi ; j’ai une hypothiroidie de hashimoto. Avec dans mes symptômes quelques uns qui ressemblent aux tiens .. une prise de poids régulière malgré ma prise de Levothyrox chaque jour depuis 10 ans maintenant ( j’en ai 28 ) , malgré le fait que j’essaie tant bien que mal de manger équilibré et d’aller à la salle de sport régulièrement … une prise de poids conséquentes j’ai pris cette année encore 15 kilos . C’est très dur psychologiquement j’ai des phases de colère et impulsivité très difficile à contrôler mais aussi des phases de dépression. Difficile pour moi et mon entourage. J’ai du mal à m’accepter et a avoir ine image positive de moi. C’est un combat que j’ai l’impression d’avoir perdu d’avance.. Alors sache que je te trouve très courageuse, tu vois les choses avec beaucoup d’humilité et de douceur. Ça me redonne un peu espoir . Je te souhaite bonne chance et continue de nous faire du bien en écrivant à coeur ouvert. Bien à toi ❤

    • Bonjour Julie,

      Je te remercie pour ton message. Je comprends ton mal être, être victime de ce genre d’injustice est frustrant. La vie n’est pas aussi rose pour tout le monde, elle favorise les inégalités mais après il faut voir comment tu l’exploites. Il faut apporter de la tolérance vis à vis de toi même dans ta vie, faire des choses qui te plaisent et faire le nécessaire pour limiter les dégâts.
      Le but est de changer ton regard pour vivre plus sereinement parce que plus tu te juges, plus tu t’enfermes dans une spirale négative. Je conçois que ce soit plus facile à dire qu’à faire, il faut du temps, faire un travail personnel pour avancer pas à pas.
      Si toutes ces démarches peuvent te permettre de vivre mieux alors ça en vaut la peine !

      Merci encore pour ton message et si tu as des coups de mou, fais moi un coucou.

      Belle journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2018 · Theme by 17th Avenue